Le mobilier massif

La restauration du mobilier massif parait simple, mais, celle-ci se doit de répondre à la même déontologie que celle parait-il plus noble de la marqueterie.

Il n’est pas question de décrire tous les types de restauration mais quelques exemples :

Le tiroir

La restauration consiste à remettre le côté dans son état d’origine c’est à dire du bois homogène avec une rainure solide
Ceux à fond assemblés en rainures dans la façade et les côtés présentent souvent la même usure :

Le côté est usé jusqu’à zéro à l’autre bout.

La première opération consiste à déposer les côtés.

Le côté de tiroir est raboté et des morceaux de même essence sont préparés pour compenser l’usure et la hauteur du côté.

Les éléments sont collés puis ajustés.

A ce stade, il suffit de reconstituer la rainure et de remonter le tiroir.

Armoires :

Le cas des tenons cassés à l’emplacement des chevilles.

Lorsque la cheville ne tient plus car le tenon a lâché, la seule et unique solution est de reconstituer le tenon par une pièce en queue d’aronde.

L’assemblage cassé :

La restauration par prothèse interne
Le barreau de chaise cassé :
Au lieu de remplacer le barreau, il est à la fois plus simple de percer le bout du barreau et de faire un « faux tenon » que de le remplacer par un neuf.
Cela est aussi solide et préserve l’ancien barreau.

Le tenon de chaise cassé :

La jonction entre deux éléments de dossier de chaise médaillon.
creusement et ajustage de la prothèse : le « faux tenon »